FULL-UP

1960

TIRAGE: 500 exemplaires de 1 à 500

TECHNIQUE: Poubelle

DIMENSIONS EN MM.: 105 x 64 x 29

DESCRIPTION: Boite à sardine imprimée dans une boîte en carton avec une notice explicative, servant d'invitation au vernissage de l'exposition "LE PLEIN", à la galerie Iris Clert, Paris (France)

EDITEUR: Galerie Iris Clert, Paris (France)

FABRIQUÉ PAR: Inconnu, (France)

L'ENVOL.

L’année 1960 sera celle de l’envol de la notoriété d’ARMAN.
L’évènement spectaculaire, c’est LE PLEIN.
 
Avec l’aide de MARTIAL RAYSSE, Arman remplit la galerie d’IRIS CLERT au 3 rue des Beaux Arts à Paris le 25 Octobre 1960.
Ils empilent toute sorte d’objets : vieux disques, lampes défectueuses en s’apercevant qu’il allait falloir un volume difficile à réaliser.
Ils contactent donc l’abbé PIERRE pour lui demander de récupérer de vieux meubles.
 
« Arman, aidé d’un jeune ami niçois, Martial Raysse, vint préparer son exposition. Après avoir vidé ma galerie dans ma réserve, ils commencèrent à empiler toutes sortes d’objets, des lampes Mazda défectueuses, de vieux disques, etc. Mais ce n’était qu’une goutte d’eau dans un lac. On s’aperçut qu’il faudrait un volume considérable pour faire ce « Plein ». Je demandais secours à l’abbé Pierre (les prêtres m’ont toujours réussi).
— Mon père, accepteriez-vous de me vendre de vieux meubles inutilisables pour remplir un espace ?
 
— Oui, si vous venez les chercher vous-mêmes.
 
Pour 100 Nouveaux Francs, cet homme remarquable nous remplit un camion.
Pendant deux jours, Arman et Martial Raysse vont empiler, accumuler, superposer des tas de meubles bancals... des chaises, des tables, des bidets, de vieilles bicyclettes. Le résultat est hallucinant. Les passants peuvent voir dans une vitrine de 3,50 m de haut un amoncellement d’ordures spectaculaire.
À l’intérieur, au fond de la boutique, on aménagera une place pour mon bureau et une chaise.
Sur un mur, j’accrocherai quelques boites d’Arman, ses Accumulations, dont voici les titres et le contenu : DIRECT POUR LA LUNE (suppositoires), RETOUR DES CROISADES (clefs rouillées), LA VIE A PLEINE DENTS (vieux dentiers). Un cube de verre rempli de vieilles casseroles, que je baptiserai HOMMAGE À LA CUISINE FRANÇAISE, est posée per terre. »
 
L’invitation au vernissage est une boite de sardine remplie de déchets et contient un texte de PIERRE RESTANY : « Un évènement capital chez Iris Clert en 1960 donne au Nouveau Réalisme sa dimension architectonique. Dans un tel cadre, le fait est d’importance. Jusqu’à présent aucun geste d’appropriation à l’antipode du Vide n’avait cerné d’aussi près l’authentique organicité du réel contingent. »