APA-ER_MAIL1952SCAN-0043

0043

    Eliane chérie.

Les vagues suivent les vagues et ajoutent à l’amertume aujourd’hui je change encore de chambre cette fois je vais dans une chambre où nous serons sept je m’en fiche complètement, mais une seule chose compte : être près de toi, te vivre comme je pourrais vivre mon plus beau voyage et remplir mes yeux éblouis ; des tiens.
Tu dis traverser des crises mais pour moi sans toi je suis en continuelle crise.
    Je passe mon temps tapis silencieux guettant l’ouverture par laquelle en un rush éperdu je vais foncer vers toi.
    Il faut absolument que tu aies confiance en moi je sais ce que tu peux craindre et penser mais c’est seulement si tu doutes que je pourrai faiblir.
Il y a des moments ou un cafard insurmontable me couche et m’abat et je ne sais pourquoi.
    Une bonne nouvelle en rentrant dimanche. Dans la vitrine du « Nain Bleu » j’ai vu la cosmogonie des Roses-Croix je vais l’acheter car c’était plutôt difficile à trouver.
    J’ai pensé à pas mal de choses dont il faudra que je te parle en détail, je crois que l’humanité suit encore des esprits groupés qui bien [qu’atténués] n’en donnent pas moins une direction bien définie à certaines actions et à certains mobiles surtout -mais cela est trop long à développer maintenant.
    Je te laisse chérie et tacherai de venir mercredi si je ne pouvais pas sois avec moi car j’en souffrirai.
    Tous mes meilleurs et plus doux baisers et de longues pistolades d’yeux en les tiens.
Une grosse bise à Françoise.
            armand